À l’occasion de la Journée Internationale de la Diversité Biologique, nous publions un article dans la rubrique Parlons Sciences du Muséum de Toulouse. Des expéditions du XVIIIe siècle à aujourd’hui, en passant par les années 80, nous vous proposons un éclairage transdisciplinaire sur le concept de « biodiversité », son émergence, son étude, sa préservation…

BIODIVERSITÉ : GRAND DÉFI DU XXIe SIÈCLE

À la fin du XXe siècle, un constat édifiant vient bouleverser les connaissances entourant le concept de biodiversité. Au moment même où l’on découvre l’étendue considérable de la biodiversité, on se rend également compte de son déclin et de l’urgence d’agir pour sa protection. Dès lors, de grands projets d’étude et de conservation de la nature sont lancés de par le monde. Qu’on se le dise, le XXIe siècle sera celui du « vivant » ou ne sera pas !

BIODIVERSITÉ, UN CONCEPT RÉCENT…

« Biodiversité », un mot usuel, facile à utiliser, plein de sens qui permet de parler sans équivoque de la « diversité biologique » – quel que soit sa profession, son âge ou sa culture. Alors pourquoi un concept si « simple » a pris tant de temps à émerger ?
Il faut attendre les années 80 et la mise au point de nouvelles méthodes d’échantillonnage de la petite faune pour que le terme de « diversité biologique » – devenu « biodiversité » par un raccourci en anglais (biological diversity = biodiversity) – émerge et fasse le tour du monde. Ce n’est qu’en 1988, lors de la 18ème assemblée générale de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), qu’une première définition fut proposée et explicitée. Selon Edward O. Wilson, dont les écrits figurent parmi les premiers à mentionner le mot biodiversité, il s’agit de « la diversité de toutes les formes du vivant, qui s’exprime à trois niveaux : les écosystèmes, les espèces qui composent les écosystèmes et, enfin, les gènes caractéristiques de chaque espèce. »

[ … ]

CRISE DU VIVANT : VERS UNE 6ÈME EXTINCTION DE MASSE

Ce qui distingue la situation actuelle du passé, c’est l’ampleur et la vitesse de la perte de biodiversité à laquelle nous sommes confrontés et risquons d’être confrontés dans un avenir proche. Aujourd’hui, ce n’est plus un type particulier d’espèces qui est menacé mais des espèces de tous types, et ce, à un rythme inconnu jusqu’alors. Le rapport Planète Vivante 2016 du WWF montre par exemple une diminution de 58% de la taille des populations de vertébrés entre 1970 et 2012.

Cette tendance, en passe de s’accentuer au cours du XXIe siècle, risque d’accroître encore davantage les inégalités entre états, peuples et citoyens. Poussés par la nécessité, certains d’entre eux accentueront leur pression sur l’environnement, aggravant l’érosion de la biodiversité par effet d’emballement.

Indice Planète Vivante - WWF

[ … ]

DE NOUVELLES MANIÈRES D’ÉTUDIER LA BIODIVERSITÉ

Dans la lignée des grandes expéditions naturalistes du XVIIIe siècle, d’ambitieux programmes d’étude et de protection de la biodiversité voient le jour depuis la fin du XXe siècle, avec pour dénominateurs communs : de vastes équipes composées de nombreux spécialistes, de nouvelles méthodes et techniques, une organisation millimétrée, le tout sur un temps court.

Biodiversité - Radeau des cimes

[ … ]

DES EXPÉDITIONS D’UN NOUVEAU TYPE

Ces grands programmes ont ouvert la voie à de nouvelles initiatives qui, chacune à leur niveau et à leur manière, tente d’apporter leur écot face à la crise de biodiversité et au retard qui existe sur la connaissance du vivant. C’est le cas de l’association Naturevolution qui, au travers de son projet « Lost Worlds », vise à découvrir les dernières terra incognita de notre planète au travers d’une série d’expéditions innovantes.

Cet été, Naturevolution organise une nouvelle expédition d’envergure dans le massif du Makay à Madagascar : l’expédition MAKAY 2017. Avec un souci particulier accordé à la transdisciplinarité, des chercheurs et étudiants français et malgaches ainsi que des journalistes, artistes et éco-volontaires participeront à la protection de cette région encore largement méconnue. C’est ce souci qui réunira nous – NatExplorers – avec Naturevolution autour de cette expédition et d’un objectif commun : diffuser les connaissances sur la biodiversité du Makay et sensibiliser le plus grand nombre à la nécessaire protection de la nature face aux grands enjeux environnementaux de notre époque.

> RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA RUBRIQUE PARLONS SCIENCES DU MUSÉUM DE TOULOUSE ICI

Makay 2017 - paysage - Evrard Wendenbaum