2020, cette année que l’on souhaiterait quitter de toute urgence, mais qui ne nous quittera jamais. Cette année que l’on voudrait oublier, mettre derrière nous, balayer d’un revers de la main pour, vite, passer à la suite : 2021 mais dont on (se) doit (de) se souvenir.

N’oublions pas 2020, « année de la pandémie » : année de crises sanitaire, sociale, économique… Mais toutes ces crises juxtaposées, aussi importantes et difficiles soient-elles, ne sont que les symptômes d’une mutation écologique bien plus profonde, précipitée par nos relations malades et prédatrices à l’égard du vivant, et dans laquelle la pandémie de Covid-19 plonge ses racines. Nous avons bel et bien débusqué ce virus, et pas l’inverse : signe révélateur – annonciateur ? – d’une « ère des pandémies » (1).

N’oublions pas non plus 2019, « année des mégafeux », ces incendies hors-normes, à la fois effet et cause du changement climatique (2), qui ont dévasté les forêts de Sibérie, d’Amazonie, d’Australie et emporté dans leur funeste sillage des millions de milliards d’êtres vivants (3). Leurs ravages nous ont tant ému, bouleversé, choqué avant que nous ne laissions l’épaisse fumée s’en dégageant se dissiper sous le coup de l’actualité d’après.

Alors souvenons-nous, en 2021, que ce que nous traversons collectivement – la pandémie de Covid-19 – n’est ni quelque chose de nouveau ou d’inédit : d’autres épidémies ou pandémies ont eu lieu par le passé, certaines dévastatrices, et se produiront à l’avenir. Et ce, d’autant que nous persévèrerons dans l’idée (absurde) d’étendre le territoire humain à l’ensemble de la biosphère, sans se soucier des autres vivants, des autres terrestres avec qui nous co-habitons au sein de cette « zone critique » qu’est la Terre (4).

Il faudra s’en rappeler quand d’autres, là-bas, continueront à fuir les catastrophes environnementales et climatiques, les guerres et les conflits. Tandis que d’autres encore défendront le vivant, ou plutôt incarneront le « vivant qui se défend », ici et là.

Il faudra se rappeler « comment nous en sommes arrivés là » afin de sortir de cette situation autrement que nous y sommes entrés.

Il faudra se questionner : souhaite-t-on revenir aussi vite que possible au « monde d’avant » ? Ou trouver des pistes de vie nouvelles – comme un enseignement des confinements successifs – faites de nos vulnérabilités, de nos interrelations et de nos interdépendances ? Pour, comme l’écrit Bruno Latour dans son dernier ouvrage Où suis-je ?, « comprendre enfin où nous habitons, dans quelle terre nous allons pouvoir enfin nous envelopper – à défaut de nous développer à l’ancienne ! » (5)

Il faudra se souvenir que nous ne sommes littéralement rien sans les autres, humains et non-humains – microbes compris. En ce sens que, d’après le philosophe Baptiste Morizot, « la vie n’est vivable pour les humains que si elle l’est pour le tissu vivant. » Et que « le monde n’est habitable pour nous que s’il l’est aussi pour les autres vivants, puisque nous ne sommes qu’un nœud de relations tissé aux autres formes de vie. » (6)

Il faudra accueillir ce (pres)sentiment que nous avons changé de temps, changé d’ère. Qu’on l’appelle Anthropocène, Capitalocène, Plantationocène… Ce qui importe, c’est ce constat partagé par beaucoup qu’il est à la fois urgent et possible d’envisager autre chose, d’inventer autre chose : de l’ordre d’une alliance plurielle, multispécifique avec des chauves-souris, des bactéries, des virus (oui, oui), des arbres, des champignons, des merles, des mousses…

En 2021, et bien au-delà, il faudra tenter cette « autre chose » pour s’en sortir.

Couverture / Renards volants noirs (Pteropus alecto) recueillis à l’Australian Bat Clinic. Photo : Joel Sartore

Références